Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Chroniques

Prendre le temps des vacances

Ce fameux temps!

Le temps des vacances débutera très bientôt.  Suis rendue au moment de mon année ou j’essaierai et j’insiste  à le vous mentionner que j’essaierai de tout déprogrammer.   Essayer de ne pas me lever vers 5h du matin, de prendre mes distances du bureau et des courriels, de ne pas trop me projeter dans le temps pour un mois, de laisser aller quoi!

Pour y réussir il m’est fortement conseillé de me donner le droit de ne rien faire sans  me sentir coupable et  me permettre de dormir, de paresser, et faire la pizza au soleil.   Bien moi la culpabilité on repassera car je déteste dormir longtemps, je déteste rien faire et surtout « m’éffoirrer » au soleil. Ça ne part pas bien. Faut bien me comprendre, j’aime les vacances mais pas pour rien faire et surtout pas pour dorrrrrrmirrrrr.  NON! c’est plutôt le dada de mon chum ça…. Je vous rassure, ce n’est pas une cause de chicane entre nous.  De toute façon, il n’a pas le choix, il me suit.  Il dit toujours : « C’est toi qui gère l’agenda… » Alors je le gère ce fameux agenda. Il réussit quand même à y mettre son grain de sel. Il dit souvent « Happy wife, happy life ».

Les vacances pour moi c’est quoi? Mosus de bonne question.  Je pense que pour ma part, je vais devoir m’entraîner à prendre des vacances. Faut juste savoir doser. Car si on passe la majeure partie de son temps aux travaux de la maison ou vouloir tout faire en activités pour ne rien manquer alors là, y a des risques que je retourne au travail plus fatiguée qu’au début de mes vacances.   J’aime bien laissez de la place à l’imprévu. Les vacances, c’est fait pour ça, non!

Étant plus jeune, nous n’avions pas l’habitude de partir en vacances.  Mes parents étant agriculteurs, les vacances étaient presqu’impossibles. La récolte et les animaux, ça ne pouvait pas attendre.  Ma mère de nous dire:  « Vous partirez en vacances quand vous serez grand  »  Ouin….. Vu de même, y’a pas si longtemps que je suis grande……

Certes nous en avions des jours de vacances. Entre trois ou quatre jours ensoleillés d’affilée et que le foin au sol était ramassé, ma mère nous concoctait une journée improvisée genre pique-nique. On se retrouvait sur le bord d’un lac dont je ne me souviens plus l’endroit.  Des sandwichs détrempés ça je m’en souviens. Et aussi ce gros « cooler » bleu en métal très pesant. C’était la joie et le bonheur que cette journée près d’un lac. Ce n’était pas Walt Disney, ni les glissades d’eau, ni les camps de vacances. Nanana!   Ces journées à l’improviste organisées par notre mère nous ravissaient.

L’odeur Coppertone

Entre les journées de tâches à la ferme, il y avait aussi des journées de farniente (voulant dire paresse) ou ma sœur et moi décidions que nous aurions le plus beau bronzage de l’été.  LÀ! Nous faisions la pizza derrière la maison. Notre rituel de bronzage :  Débuter par un bronzage de fond.  Pas question de petites doses de 15 minutes.  À l’abri des regards et du vent, bien enrobées d’une bonne couche de « Coppertone odeur coconut»  il fallait reluire d’huile.  On se faisait littéralement cuire au soleil. Un « push, push » d’eau de temps pour faire craquer notre peau davantage.

Comme les aiguilles d’une montre, nous tournions presqu’aux 15 minutes en suivant le soleil pour être certaine qu’il plombait bien sur nous croyant à tort qu’un bon coup de soleil était nécessaire pour se faire un bon fond.  Fallait dont aimer souffrir !! Seigneur. On avait de la misère à s’habiller pendant quelques jours et on recommençait.  Les dangers liés à des expositions au soleil, on ne connaissait pas ça.  C’était signe qu’on avait passé un super de bel été quand nous arrivions super bronzés sur les bancs d’école au début septembre.

Maintenant on se beurre avec de la numéro 30 minimum et même plus pour se protéger du « méchant soleil ».  Je suis devenue adepte de l’ombre et du parasol.   Bref je dirais que je finis l’été plus pâle que lorsque je le commence.

Un été, 5 jours, 5 endroits photogéniques

Pour la première semaine de mes vacances je partirai en safari photo. Non pas africaine mais montréalaise.  Ça fait longtemps que j’y rêve.  Avec un petit groupe de 5 personnes, ce safari me permettra de maîtriser les différents aspects de la photographie dans un atmosphère de vacances.

Par la suite je vais prendre plaisir à ce que l’imprévu nous offrira à mon chum et moi. Oh oui! c’est vrai, j’oubliais y’a les travaux de la maison aussi 🙂

Prendre le temps de prendre le temps

Je souhaite que votre été vous amène du bon temps. Comme dit un vieux proverbe : « Faut battre son frère pendant qu’il est chaud » Oups « faut battre le fer pendant qu’il est chaud » (désolé Pierre 🙂 me suis trompée de proverbe)

Alors agissez tant qu’il est temps. Pendant vos vacances, prenez assez de temps pour prendre le temps, d’apprécier les choses, de respirer, de sentir, de boire, de goûter, de voir, d’admirer, d’être imaginatif.  En résumé prenez le temps d’être en vie.

Allez hop! Ne dormez pas et « Vive les vacances »

« Pourquoi, en vacances, s’obstine-t-on à choisir douze cartes postales différentes alors qu’elles sont destinées à douze personnes différentes? »
Sacha Guitry

Prendre le temps

 

 

 

You pourriez aimer ces posts

2 Commentaires

  • Répondre
    Pierre Tardif
    3 juillet 2018 a 19 h 17 min

    Nous avions ça aussi en famille un gros « cooler » en métal bleu ciel qui accompagnait tous les pique-niques familiaux. Et les souvenirs évoqués me rappellent une de mes sœurs qui se tournaient au soleil comme un poulet dans un rotissoir rotatif. Avec odeur de pinacolada!!! J’aime beaucoup ton blogue. Je m’abonne.

  • Répondre
    Colette
    6 juillet 2018 a 7 h 54 min

    Merci Pierre pour ton commentaire.

Laisser une réponse